Lorenzo Naccarato

Lorenzo Naccarato

Artiste

Lorenzo Naccarato revient, avec son trio. Son deuxième opus, Nova Rupta, se déroulerait comme il se doit, le premier ministre, en 2016. Mieux, l’ensemble a gagné en maturité. En cohésion. Sans abandonner un iota de ce qui était déjà son pouvoir de séduction. À savoir qu’il dépayse de l’auditeur. L’entraîne dans un voyage onirique. Un monde enchanté – et enchanteur.

Une musique en mouvement. Cinétique, ou cinématique. Son domaine, l’univers entier. Ses effets, l’ivresse des grands espaces. L’expression, consciencie, maîtrisée, de cette harmonie des sphères déclinées, au cours des siècles, depuis Pythagore, magistralement exploitée par Dante. Sphères… Comment ne pas évoquer Thelonious «Sphère» Moine? Rencontre fortuite? Annulation. Lorenzo, compositeur et interprète, connaît Monk sur le bout des doigts. Qu’il soit imprégné des caractéristiques de son art – le rôle du silence, celui des harmonies audacieuses, entre autres – voilà qui est indéniable.

Considérer cependant Naccarato comme un suiveur serait singulièrement réducteur. Car son originalité éclate à chaque note. L’improvisation, brillante, d’une étonnante fluidité, les motifs mélodiques réitérés, progressivement enrichis, les passages méditatifs, les ruptures rythmiques et harmoniques se conjuguent dans son art pour créer une impression de liberté et de plénitude. Tout cela lui appartient en propre. À lui et à ses complices, Adrien Rodriguez et Benjamin Naud, qui se sont retrouvés comme un seul homme dans ses errances fécondes. Pas de doute, l’irruption d’un trio dans l’univers du jazz et des musiques actuelles est de marquer d’une pierre blanche. Une météorite, bien entendu.

Lorenzo Naccarato — Piano & composition
Benjamin Naud — Batterie
Adrien Rodriguez — Contrebasse

Events Joined